Nous consommons tous les jours des produits transportés par la mer, dans la très grande majorité des cas, par cargos. Un transport polluant dont l’avenir dépend des ressources en pétrole qui s’amenuisent année après année. La question d’un nouveau mode de transport se pose donc. La société brestoise TOWT (Transoceanic wind transport) propose dès à présent une solution : le transport de marchandises à la voile. Elle vous invite à partager cette expérience en direct sur www.transportalavoile.bzh.
Transport à la voile : protection de l’environnement, valorisation des savoir-faire
Le trafic maritime représente 3,5% des émissions mondiales de CO2 (soit près de 3 fois celles de la France) et 10% de celles de dioxyde de souffre, responsable entre autres, des pluies acides. Ce calcul, couplé à la diminution des ressources en pétrole, ont amenés Diana Mesa et Guillaume Le Grand, cofondateurs de la société TOWT, à se questionner sur la nécessité de revoir le transport maritime. Leur idée ? (re)Développer le transport à la voile. Ecologique, il permet également la valorisation d’un métier inscrit dans l’histoire de la Bretagne, celui de marin.

Sur les flots de de Bordeaux à Saint-Malo
TOWT a déjà affrété une quinzaine de bateaux à voile pour transporter des produits d’un port européen à l’autre. Le Biche, dernier thonier de Groix, est actuellement en escale à Bordeaux après avoir chargé des produits à Lorient et l’Île d’Yeu. Une fois le vin bordelais en cale, le Biche fera route et escale à Nantes, puis à Lorient, Lesconil, Douarnenez, Saint-Malo, Camaret et Brest. Son retour à Lorient, son port d’attache, est prévu pour le 4 mai.

Valoriser les produits locaux    
En tout une vingtaine de producteurs confieront leurs produits au Biche et à son équipage. Près de 40 références de vins, mais également des conserves de légumes ou de poissons, de la bière, de la laine ou du thé livré à la voile depuis les Açores et du chocolat de République Dominicaine seront ainsi chargés à bord du grand voilier. Cela représente une vingtaine de tonnes de marchandises transportées à la voile sur environ 1200 milles.

Partager l’expérience  
Armement et embarquement numérique  
Le “Biche” propose un véritable “embarquement numérique en ligne”. Pour la première fois, à partir de la page www.transportalavoile.bzh, tout un chacun peut visionner la vidéo du pont filmée en direct à partir du mât d’artimon, et suivre l’évolution de la trace GPS, différenciée si le moteur est en marche, agrémentée de données géolocalisées telles que des photos, des vidéos ou des extrait de journal de bord.
Un espace dédié à quai
La “Plate-forme bretonne de transport à la voile” se donne comme objectif de mieux sensibiliser aux enjeux du transport maritime de demain et à la pertinence de la propulsion à voiles. Ainsi, pour qu’à Bordeaux, Nantes, Lorient, Belle-Île, Saint-Malo ou Brest les visiteurs puissent “embarquer” dans la démarche, un espace dédié sera déployé sur les quais. Il hébergera l’exposition “Des voiles à la charge”. Confectionné grâce au savoir-faire du Port-Musée de Douarnenez et imaginé par les étudiants de l’EESAB – site de Brest, le “Barnum” patrimonial, de bois et de toile, hébergera un lieu d’exposition et de rencontres qui permettra de mieux échanger au cœur des grands ports atlantiques français.

Retrouvez toutes les informations complémentaires sur ce sujet sur le site www.transportalavoile.bzh