Basculez votre site internet en .bzh

Comment basculer votre site Internet en .bzh ? C’est à cette question à la fois simple et stratégique que répond le guide publié par l’association www.bzh, rédigé par Olivier Andrieu.

Tous sont d’accord. Quand on bascule un site internet vers l’extension .bzh, la mise en place technique demande une rigueur certaine, mais ne présente aucune difficulté pour un professionnel. L’enjeu se situe du côté de la visibilité du site sur la toile, ce que l’on appelle le référencement naturel (search engine optimization en anglais).

Simplicité et rigueur

Olivier Andrieu est l’auteur du guide « Basculer son site internet en .bzh » édité par l’association .bzh et disponible en téléchargement gratuit ou en version papier sur simple demande. « La mise en place technique doit être faite par le responsable technique du site, elle est simple, assure-t-il. En moins de 24 heures, les internautes accèdent à la nouvelle adresse et en quelques semaines le référencement naturel est transféré au nouveau nom de domaine. » Le guide présente les procédures à suivre selon que le changement transite par un bureau d’enregistrement (registrar), par le serveur d’hébergement ou le langage de programmation de l’hébergeur.

« Les moteurs de recherche traitent et acceptent rapidement la transition, ajoute Olivier Andrieu. La mise à jour régulière du site l’accélère. La durée de cette transition dépend aussi du nombre de pages, il faut du temps au moteur de recherche pour ‘digérer’ les liens. » Le risque momentané de perte de visibilité est réel ; Olivier Andrieu conseille donc, si l’activité du site est saisonnière, de privilégier les périodes creuses pour mettre en place la nouvelle extension.

Communiquer sur le passage en .bzh renforce la visibilité

Sébastien Texier, associé de l’agence web Netao, distingue le référencement sur le nom de la société des requêtes sur un moteur de recherche sur son activité. Le 26 septembre, le site de l’entreprise a adopté le .bzh « Nous exerçons notre métier sur un secteur où la compétition est rude, explique-t-il. Nous avons mis un peu de temps à retrouver notre visibilité sur Google, mais ça nous a permis de nous améliorer techniquement. »

« Au moment de basculer en .bzh, il est intéressant de communiquer sur cette actualité », recommande David Lesvenan, président de l’association .bzh, « cette actualité génère du trafic supplémentaire et a un effet positif sur la visibilité du nouveau site. »

« Tranquillement et sereinement »

La ville de Quimper a mis en place le .bzh dès 2014 et la communauté d’agglomération a sauté le pas en 2015. Dans les deux cas, c’est aussi le référencement naturel qui était au cœur des préoccupations de Loïc Larnicol, responsable du pôle multimédia des services mutualisés de la ville et de l’agglomération. « Techniquement, c’était un travail d’écriture sur les serveurs qui gèrent les noms de domaine, il n’y a eu aucun problème, ça s’est fait tranquillement et sereinement. » Le service informatique de la ville s’est fait épauler par un prestataire extérieur pour surveiller la qualité du référencement. « Quinze jours avant la migration, il a fait un pointage sur vingt mots-clés importants, puis on l’a refait la veille, le lendemain et ensuite tous les cinq jours pendant un mois, explique Loïc Larnicol. Nous avons pu constater que nous avions retrouvé notre référencement avant la bascule. »

En pratique

Télécharger le guide « Basculer son site Internet en .bzh » ou demander la version papier auprès de l’association au 02 98 59 93 26 ou via notre formulaire de contact

guide basculez en .bzh